23/01/2005

Un semaine entière sans camembert !

Je n'aurais jamais cru cela, et pourtant c'est le résultat de ma totale impécuniosité, même plus les moyens pour un ami en produits blancs, c'est la crise ma ptite dame !

20:55 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

18/12/2004

Le prix de la différence

Hier j'ai fait un écart dans mon régime, j'ai trahi mon camembert quotidien de l'Intermarché pour lui préférer un camembert à la découpe d'une fromagerie, pour 40 grammes de moins j'ai payé 3,85 € de plus ! Putain ce qu'il était bon et goûteux. Notez bien que ce n'est pas moi qui ai payé, çà donne encore un peu plus de bon goût. Rien à faire les produits blancs, même très bons, ne remplaceront jamais la qualité, mais cela se paye cash. Comme quoi certains mangent pour (mal) vivre et d'autres vivent pour (bien) manger.

11:37 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/11/2004

Médaille de bronze de la puanteur !

Lu dans le Nouvel Obs :
International

La France à l'honneur au palmarès des fromages qui puent --par Alfred de Montesquiou--

AP | 26.11.04 | 17:51


LONDRES (AP) -- Si tout le monde s'accorde à dire que la plupart des fromages puent, la hiérarchie de leurs effluves n'avait pas encore fait l'objet d'un classement scientifique. C'est chose faite grâce à l'Université de Cranfield, en Grande-Bretagne, qui a classé le vieux-boulogne comme le fromage plus odoriférant du monde.
Ce fromage de lait de vache cru fabriqué à Boulogne-sur-Mer, dans le nord de la France, possède une pâte mi-dure enveloppée d'une croûte orange pâle. Il doit sa couleur et la pugnacité de son odeur aux deux mois d'affinage pendant lesquels sa croûte est régulièrement lavée à la bière.
L'odeur particulièrement prégnante qui l'a conduit en tête du classement émane d'une réaction chimique entre la bière blonde et les enzymes contenus dans sa pâte, a expliqué le Dr Stephen White, qui a dirigé l'étude.
Ce classement tout britannique des odeurs de fromages par ordre de pestilence décroissant a été entrepris par un «nez électronique» analysant les résultats de 19 goûteurs humains.
Sur la quinzaine de fromages sélectionnés pour l'étude, les dix premiers du palmarès sont des produits du terroir français.
Derrière le vieux-boulogne arrive ainsi le pont-l'évêque, un lait de vache dont la croûte est brossée à la saumure pendant ses six semaine d'affinage. En troisième position, le célèbre camembert, lui aussi de Normandie, qu'on laisse mûrir trois semaines pour qu'il développe cette croûte blanche et pâteuse aux arômes de champignon.
C'est le munster d'Alsace-Lorraine qui arrive à la quatrième place, un lait de vache dont la croûte est également lavée à la saumure. Le brie de Meaux, lui aussi un grand classique chez les Anglo-Saxons, se classe cinquième.
Il devance le roquefort, ce fromage de brebis qui doit mûrir pendant trois mois en cave pour obtenir ses moisissures bleuâtres caractéristiques. Le reblochon, un lait de vache à pâte mi-dure, est le premier produit de la région des Alpes à atteindre le classement, en septième position.
Le huitième est le Livarot, un fromage de vache qu'on déguste après trois mois de maturation dans ses caves de Normandie. Le banon de Provence, un chèvre qui mûrit dans une enveloppe de feuilles de châtaigniers, apparaît en neuvième position.
L'époisse ne finit que dixième. Surprenant pour ce lait de vache de Bourgogne qui a la réputation de sentir particulièrement fort et de laisser pendant des jours son parfum sur les doigts de l'imprudent qui toucherait sa croûte à main nue...
Le parmesan italien, le fromage à raclette, l'ossau de brebis des Pyrénées, le cheddar anglais et le crottin de Chavignol sont les cinq fromages qui sentent le moins fort de la liste.
Si les amateurs de tel ou tel produit du terroir peuvent contester les résultats du classement, l'Université de Cranfield assure que sa méthode d'analyse est on ne peut plus scientifique.
Sous la conduite du docteur Stephen White, qui enseigne le diagnostic médical aux étudiants en doctorat, l'équipe de chercheurs de cet établissement du Bedfordshire (nord-ouest de Londres) a croisé les résultats d'un panel de goûteurs avec son «nez électronique».
Ce un «nez» est en fait une série de capteurs sensoriels détectant des molécules de gaz, c'est-à-dire des odeurs, et les reliant à un ordinateur qui doit définir les caractéristiques de leurs arômes.
«Nous voulions confirmer avec le nez électronique si l'on pouvait établir un diagramme de la force des odeurs», a expliqué l'universitaire. «Ce schéma existe bel et bien», a affirmé le docteur White, expliquant que les fromages dont la croûte avait passée dans un bain de sel -appelé saumure- étaient tous parmis ceux dont l'odeur, et pas forcément le goût, étaient les plus forts.
Ce classement des fromages qui puent avait été entrepris par l'université pour le compte de Fine Cheeses from France, un organisme chargé de promouvoir la consommation de fromages traditionnels français en Grande-Bretagne. AP

Publicité


23:58 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2004

The swiss question

La question



Camembert au lait cru, qui l'eût cru?

L es fromages au lait cru sont fabriqués selon d'anciennes méthodes artisanales. Le lait, qui doit être d'excellente qualité, ne subit pas de traitement thermique à haute température, de sorte que la flore naturelle du lait demeure intacte. C'est ce qui distingue les fromages au lait cru des fromages pasteurisés. Les divers stades du goût se forment suivant la qualité du lait, l'époque de l'année et les conditions de maturation. En mûrissant, le camembert au lait cru bio développe son goût corsé et sa consistance crémeuse.

A pleine maturité, l'intérieur tend à devenir fondant. C'est là qu'il développe son goût inimitable. Pour l'apprécier pleinement, il faut le sortir du frigo une heure avant de le consommer. Coop est le seul grand distributeur suisse qui propose un camembert au lait cru bio!

 
Renato Isella, category manager Produits laitiers.



18:45 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2004

Amadouer le camembert !

Amadouer les camemberts

François Chartier

collaboration spéciale, La Presse

S'il y a un fromage français qui se démarque des autres par sa très grande renommée mondiale, c'est bien le camembert. Et qui dit fromage dit vin.

Pourtant, notre grande star des fromages à pâte molle à croûte fleurie - vous savez, ceux qui ont un petit duvet blanchâtre en surface et une douce odeur rappelant le champignon de Paris -, n'aime pas vraiment le vin.

Eh oui! Que le vin soit rouge, blanc ou rosé, sec ou liquoreux, le camembert le déstabilise presque à tout coup, surtout le rouge. Vous avez compris que, cette semaine, nous poursuivons notre périple fromager, débuté il y a deux semaines avec le versatile comté.

Beau fromage s'il en est un, le camembert, lorsqu'il est de noble origine, ce qui est de plus en plus rare malheureusement, est un fromage dégageant de fines odeurs de moisissure, de sous-bois et de champignons. Meilleur, lorsqu'il est «mi-fait», il présente un coeur d'un blanc immaculé, au crémeux subtil.

Plusieurs fromages français sont des dérivés du camembert, donc de la même famille. Il y a, entre autres, le Feuille de Dreux, l'Olivet Cendré et le Coulommiers. Au Québec, deux fromages sont de dignes descendants du fromage normand. Il y a le Casimir, des Fromages de l'Érablière à Mont-Laurier, ainsi que Le Petit Normand, de la Fromagerie Suisse Normande à Saint-Roch de l'Achigan.



22:32 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2004

Lu dans le Nouvel Obs de ce jour :

Sydney ne peut pas sentir la plus grosse fleur du monde
SYDNEY, Australie (AP) -- Dégageant une odeur de Camembert beaucoup trop fait, la plus grosse fleur du monde s'est épanoui jeudi dans une serre de Sydney.
Les nombreux visiteurs du jardin botanique de la grande ville australienne ont affirmé qu'en respirant la «Titan Arum», aussi connue sous le nom d»'Amorphophallus titanum», ils avaient l'impression d'être dans une pièce pleine de chaussettes malodorantes, de tapis humides, de poissons et bananes en décomposition.
Alistair Hay, directeur du jardin botanique, a pour sa part une opinion un peu différente. «Cela sent exactement comme un Camembert trop fait», a-t-il affirmé.
Ces fleurs jaunes sont connues pour atteindre près de trois mètres de haut dans les forêts où elles poussent naturellement, dans l'île de Sumatra (ouest de l'Indonésie) où on les surnomme «fleurs de cadavre» en raison de leur senteur. Elles s'épanouissent tous les deux ou trois ans dans la nature, selon Stevie King, un botaniste australien.
Mais c'est la première fois que cette fleur de 1,32m s'épanouit dans le jardin botanique de Sydney depuis qu'une graine y a été plantée en 1993. AP

23:11 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2004

Lu dans Ouest-France

vendredi 1 octobre 2004
Ils goûtent les camemberts que vous mangerez bientôt
 



 
Chaque jeudi, un groupe de volontaires goûte les fromages de Lactalis et de ses concurrents dans les labos du laitier lavallois. Silence, on déguste.

14 h. Marylène Ménez, responsable du jury, coupe des camemberts en tiers... Nous ne sommes pas dans une usine de transformation mais dans un des « labos » recherche et développement de Lactalis, multinationale lavalloise des produits laitiers. Aujourd'hui, trois produits maison et un concurrent au menu des essayeurs. « Nous avons besoin de savoir si les caractéristiques de nos camemberts (Président, Lepetit, Bridel notamment) collent bien à ce que nous recherchions lors de leur conception. Nous voulons aussi connaître le profil des produits concurrents : plus fondant, goût plus prononcé, plus coloré ? » Une dégustation avec un produit Lactalis et un autre permet de cerner les différences entre les deux. « Il arrive que l'équipe teste des camemberts pas encore sur le marché. Ou bien un même camembert d'une semaine sur l'autre pour voir comment il vieillit », explique Isabelle Paillard, responsable de cette cellule évaluation sensorielle. Avant de les disposer dans les assiettes, Marylène photographie les fromages. Car au moment du test, les huit volontaires seront cloîtrés dans des cabines, isolés et quasiment dans l'obscurité. La langue et le palais doivent travailler sans être influencés par les yeux et l'aspect du camembert.

15 h. Les « descripteurs sensoriels » arrivent. Drôle de nom... « Nous ne sommes pas dans une configuration de test consommateurs. On ne leur demande pas de dire « j'aime ou j'aime pas tel ou tel camembert. » Ils ont une grille avec des critères précis. » De vrais petits professionnels de la papille gustative élevés à décrire si les arômes sont plutôt champignon, ammoniac, crème-beurre ou soufré. « C'est un langage à acquérir pour mettre un mot sur chaque arôme. « Champignon », c'est une référence à l'odeur des champignons de Paris. » Ils ont également à se prononcer sur la saveur (niveau de salinité, d'acidité, d'amertume) et la texture (coulant, lisse, pâte molle...). Pas de la crème ! Recrutés par voie de presse pour la plupart, puis triés sur le volet « selon leur disponibilité surtout », ils ont passé des tests de sélection avant d'être définitivement retenus... et formés pendant six mois. « C'est comme un sport, ils ont besoin de s'entraîner avant d'être performants. »

15 h 05. Petit briefing d'avant-séance. « Aujourd'hui quatre fromages », annonce laconiquement Marylène. Chaque participant rejoint son « box » cloisonné, ouvre sa petite fenêtre et reçoit sa première assiette de façon aléatoire. Seul un néon vert éclaire la case. Ambiance tamisée, silence complet. Les conditions doivent être optimales pour la concentration. Et ce n'est pas tout : « ils ont des consignes : interdit de se laver les dents, de boire un café ou de fumer une heure avant les tests. »

15 h 45. Marylène relève les « copies ». Confidentialité oblige, personne ne sait la marque de ses fromages. « Ils étaient très champignon aujourd'hui, ce ne serait pas des allégés ? », s'enquiert Ginette Pautrel, du Genest-Saint-Isle, « six ou sept ans d'expérience ». Marylène sourit, opine du chef, sans plus de commentaires. Paul ne les trouve pas très champignon. Mais lui est agriculteur, il est donc plus coutumier de certains goûts et moins sensibles à d'autres. D'où l'intérêt de ce panel. « Y'en avait deux pareils », avance Colette Rousseau, une Lavalloise elle aussi rôdée aux croûtes blanches et aux pâtes moelleuses. Bien goûté.16 h. Les résultats sont reportés sur le tableau. Marylène et les testeurs échangent sur les résultats. « Ensuite, ils seront rentrés dans une machine pour établir une moyenne. » Quant à Christiane, Paul, Colette et les autres, ils s'en retournent dans leurs pénates. Manger du camembert ? « Non, on est calmés pour deux jours. » A défaut d'avoir le beurre, ils repartent avec l`argent du beurre, à savoir des bons de réduction sur la gamme des produits Lactalis.

David DéSILLE.



00:12 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/09/2004

Lu dans LE PARISIEN....

La Chapelle-aux-Pots
Le camembert est de retour

LE TEMPS d'un dimanche, l'ancienne fromagerie de La Chapelle-aux-Pots a retrouvé ses lettres de noblesse. Avant-hier, le club français des collectionneurs d'étiquettes de fromage - les tyrosémiophiles - a en effet tenu son 44 e congrès au premier étage de la mairie, là où, il y a vingt-cinq ans, fonctionnait l'unique fromagerie du village. Un retour aux sources pour les habitants et les élus dont Nadège Lefebvre, première adjointe à l'origine de la manifestation. « Il y a quelques années, j'avais souhaité rassembler les anciens salariés de la fromagerie, soit 150 personnes. C'était une journée mémorable car on a fait revivre un établissement qui avait fermé ses portes à la fin des années 1970 après avoir fonctionné plus de quatre-vingts ans. Alors cette année, quand le président des tyrosémiophiles m'a contacté pour faire son congrès, j'ai sauté sur l'occasion. » Et il faut dire que la manifestation de dimanche dernier a attiré du monde. « Plusieurs centaines de visiteurs sont venues, on a été très surpris par l'affluence, explique Alain Cruchet, le président du club de collectionneurs. Un groupe d'anciens ouvriers s'est même déplacé ainsi que la petite-fille du créateur de la fromagerie, Julien Bessard-Duparc. » Nostalgie quand tu nous tiens !


P.Cr.
Le Parisien , mardi 21 septembre 2004


00:02 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/09/2004

Bon à savoir !

Lu sur Notre Temps.com :
Le calcium à la source
Les sources les plus importantes de calcium sont bien sûr le lait et ses dérivés.
L'apport quotidien conseillé en calcium varie selon l'âge et le sexe. Pour une femme après 55 ans ou pour un homme à partir de 65 ans, il doit être de 1 200 mg.


 

• D'abord des produits laitiers
Pour atteindre 1 200 mg par jour, il suffit par exemple de boire du lait au petit déjeuner, manger du fromage le midi et un yaourt le soir. Pour vous aider à doser votre consommation, voici quelques indications :

- Yaourt : 150 mg de calcium pour 100 g
- Lait : 120 mg de calcium pour 100 g
- Fromage à pâte pressée cuite (comté, beaufort) : 1000 à 1250 mg de calcium pour 100 g
- Fromage à pâte pressée non cuite (cantal, saint-nectaire, reblochon) : 550 à 1000 mg de calcium pour 100 g
- Fromage à pâte persillée (roquefort, fourme) : 500 à 700 mg de calcium pour 100 g
- Fromage à pâte molle à croûte lavée (livarot, munster) ou à croûte fleurie (camembert, brie) : 200 à 700 mg de calcium pour 100 g
- Fromage de chèvre : 750 à 200 mg de calcium pour 100 g

Attention : les fromages à pâte dure (cantal, comté, emmental), sont plus gras que les fromages à pâte molle (camembert, reblochon, fourme). Si vous surveillez votre silhouette, consommez-les avec modération.

• Aussi dans l'eau et les fruits secs
Certaines eaux minérales sont elles aussi riches en calcium (Hépar, Talians, Contrexéville) et peuvent couvrir jusqu'à un tiers des besoins quotidiens.
Mais attention : leur consommation exclusive sur une longue durée risque de surcharger l'organisme avec d'autres sels minéraux (magnésium, sodium, potassium).
Autres sources de calcium non négligeables, notamment en cas d'intolérance au lactose, certains fruits secs et légumes : le sésame, les amandes, le soja (mais pas le lait de soja), les noisettes, les haricots secs, les figues sèches ou encore les brocolis, choux-fleurs et autres légumes verts feuillus.
Attention à la surconsommation ! Puisque c'est bon… n'en abusons pas.En effet, un apport quotidien de plus de 2 000 mg par jour, sur une longue durée, peut-être néfaste et entraîner la formation de calculs rénaux. Alors attention au «régime yaourt» !

22:41 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/08/2004

Inscrivez-vous dans mon club !

J'ai trouvé cette image sur un site japonais, curieux non ? Bon, j'en fais le logo du club des "Amis de Camembert", voulez-vous en faire partie ? c'est tout simple faites-le dans les commentaires en me laissant votre URL, je ne sais pas encore comment va fonctionner le club, mais j'aimerais, qu'on soit nombreux(ses) et qu'un jour on se rencontre dans le réel pour une super Camembert-Party !

11:13 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/08/2004

Les étiquettes de Camembert (suite)

Et voila encore une belle étiquette !

13:44 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Peut-être bien...

Que notre héros est vraiment français, aussi simple que de s'appeler Dupont !

08:21 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Je pense avoir trouvé son portrait !

Serait-ce la forme humaine de notre héros ?

08:19 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Quoi de plus normal de trouver du Camembert au pays des "têtes de fromage" !

08:17 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pour partir du bon pied !

Cette nuit fut étouffante et ponctuée d'un gros orage, actuellement il fait gris et l'air ne circule pas, c'est dire qu'il fait un temps encore lourd. Alors pour se vivifier un peu je vous propose en guise de petit-déj une salade de chicorées au Camembert !

08:00 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les belles étiquettes

J'entame ce matin mes recherches au niveau de la garde-robe de notre héros, ses emballages et surtout les images de ses étiquettes, pour commencer une particulièrement originale dont j'ignore l'origine et l'histoire, peut-être la connaissez-vous ?

07:57 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Il est partout !

Notre héros Camembert, comme Dieu, est partout, le voici en politique !

07:52 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

C'est tout simple !

Voyez ce lien, il nous permet de dire que le Camembert est, somme toute, un produit tout simple à faire :
http://museum.agropolis.fr/pages/expos/aliments/lait/images/camembert.htm

04:29 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Petite recette facile

Le KROK-CAM
 
Prenez un Camembert pas trop coulant, écrasez-le à la fourchette avec sa croûte, ajoutez un peu de sel et de poivre et un mélange de fromage blanc/farine, touillez bien le tout pour obtenir une pâte ferme, tartinez-en copieusement des tranches de pain au format de votre toaster. Huilez légèrement votre appareil (huile de tournesol étendue au scottex) et faites cuire en croque.
Vous pouvez aussi (voir photo) faire de votre pâte des rouleaux, les passer dans la farine, oeufs battus et chapelure puis les passer à la friture.

04:21 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Ici je vous emmène très loin, en Nouvelle Zélande, vraiment notre héros est universel !

04:09 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

En musique !

Saviez-vous que notre héros fut un jour de 1971 couché sur un 33 tours par le groupe GONG ? Voici d'ailleurs pour les puristes (en anglais) la note d'explication du contenu de ce disque :
Camembert Electrique
December 1971
Byg Actuel

The wacky world of Gong began in 1967 after Daevid Allen was left stranded and ex-Soft Machine in France, courtesy British Immigration. By now, he had already recorded two albums for French Byg label: the proto-Gong Magic Brother and Mystic Sister and his first solo album, Banana Moon (recorded in London). Gong had now solidified from a loose amalgamation of Paris fringe musicians to a relatively stable live touring unit, who submitted their debut performance at the Glastonbury Festival in June. Even Kevin Ayers served a six-month tour of duty, leaving a Peel Session as his legacy. Allen was accompanied by partner Gilli Smyth and saxophonist Didier Malherbe, with Pip Pyle on drums and Christian Tritsch on bass. The lineup recorded three albums in 1971: Dashiell Hedayat’s Obsolete for the Shandar label was very loose, but the soundtrack for the Jerome Laperrousaz film Continental Circus was a real gem, as the motor-like beat of "Blues for Findlay" detailed. The third, Camembert Electrique, was of course was the real introduction to Gong. Gong's music was a truly unique combination; part vocal lunacy, part musical anarchy and perhaps the first rock cabaret! Gong always supported a strong rhythm section over which vocal rant and/or soloing would alternate and accentuate. The album contained some classic Gong repertoire: the simple riff of "You Can't Kill Me" was Allen's testimony to the events in Paris during the 1968 student uprisings. Gilli's space whisper and unique feminism were introduced on "Dynamite/I Am your Animal". "Fohat Digs Holes In Space" though was key: it first showcased the quintessential Gong groove, complete with Barrett-inspired glissando guitar. But behind the bizarre aliases and musical anarchy, as Allen explained, Gong were "about things much too serious to be serious about". It may not say much about a person if they do like Gong, but it certainly says more about them if they don't!


03:59 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Un petit détour par l'espagne avec une recette en Ibère...

Camembert frito con mermelada de arándanos

Ingredientes:


  • 1 queso camembert
  • Mermelada de arándanos (o la que más os guste)
  • Aceite

Elaboración:

En una sartén con un chorrito de aceite hacer el queso entero por ambas partes hasta que esté doradito.

Servir en un plato y cubrir con la mermelada de arándanos.

Preferiblemente tomar caliente o tibio para que el queso no se endurezca.


03:42 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Excursion au beau pays du Camembert

Lu dans "Le Figaro" du 6 août 2004 :
LA BALADE
Fromages et conquérants normands

Caroline Sallé
[06 août 2004]

Gloires gourmandes et célébrités de l'histoire sont au rendez-vous de ce circuit qui serpente au cœur de la campagne normande, le long d'une piste cyclable. L'itinéraire débute à Falaise, où naquit Guillaume le Conquérant. Son château fort, édifié aux XIIe et XIIIe siècles, domine la ville du haut de son éperon rocheux. Non loin se joua, du 18 au 22 août 1944, dans «la poche de Falaise», l'ultime et meurtrière bataille de Normandie, ce que Montgomery appela «le commencement de la fin de la guerre».

Une vingtaine de kilomètres plus loin, la commune de Vendeuvre abrite un château du XVIIIe classé. A l'entrée de son vaste parc, l'insolite Musée du mobilier miniature présente plus de 750 réalisations du XVIe au XIXe siècle. Encore 20 kilomètres et Livarot pointe le bout de son fameux fromage. Il en faudra moitié moins pour rallier Vimoutiers et son Musée du camembert, autre joyau gastronomique du pays d'Auge, célèbre dans le monde entier. Sans oublier Ratisfaite, une sculpture à la gloire de la vache normande signée Eugène Le Bihan, qui trône sur la place principale.

Après les bovins, place aux équidés avec le Haras national du Pin, à 18 km, véritable «Versailles du cheval» construit en 1715 sur plus d'un millier d'hectares. Dernier crochet par Bourg-Saint-Léonard à 17 km pour visiter le château bâti sous Louis XV, avant de terminer par une pause gourmande à Argentan. Le pâtissier Alain Favris y propose ses Diamants normands, des chocolats fourrés au camembert. Une étonnante spécialité pour aventuriers du goût.





02:55 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/08/2004

Le tour du Monde en Camembert

A mon avis, seule Yoko est capable de préciser le nom de ce plat japonais et comment on le prépare (trouvé sur un site japonais).

12:06 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/08/2004

Un excursion pour les vacannces...

Lu sur Ouest-France
A Laval, en France, un musée original à visiter :
lundi 2 août 2004
Le Lactopôle s'est enrichi de nouveautés cette année

 
 
Depuis septembre 2003, les collections du « Musée vivant du monde laitier » ont reçu de nouveaux éléments.

« Le Lactopôle reste un centre vivant, qui se renouvelle sans cesse ». Pour Luc Morelon, directeur de la communication du groupe Lactalis qui détient le Lactopôle, les pièces nouvelles sont des plus « spectaculaires ». Au premier rang de celles-ci figure notamment une voiture de livraison de Roquefort de 1880. Ce fourgon conçu pour un ou deux chevaux porte encore sur son côté les couleurs de la « Société des caves » de Roquefort.

Le lactoscope, quant à lui, est un petit bijou d'inventivité. Cet objet date du XIXe siècle. Par un jeu de lentilles et de transparence du lait, il permettait de déterminer le taux de matière grasse.

La corne de bouc, dans un registre plus exotique, est d'origine Touareg. Ces nomades l'utilisent comme beurrier sans que son contenu ne rancisse, grâce à une enzyme présente dans la corne.

Pour découvrir les autres nouveautés du Lactopôle, une petite visite s'impose. Sur plus de 5 000 m2, l'exposition présente les différents aspects du lait : le beurre, le lait de consommation, le fromage, les yaourts... jusqu'aux produits qui utilisent des substances laitières, comme les cravates ! On peut également y apprendre comment était collecté le lait au début du siècle et s'attarder sur une impressionnante collection d'étiquettes de camembert. En fin de visite, une boutique propose des cartes postales, des produits du groupe Lactalis ou des peluches...

 Lactopôle. 18 rue Adolphe-Beck, à Laval. En juillet et août : deux visites de 2 h 30 par jour, à 10 h et 14 h 30, du lundi au samedi. Visite sur réservation uniquement le samedi. Tarifs : 8 €, groupes 4,80 €, scolaires  €. Rens : 02 43 59 51 90.

Marion BOIS.



07:58 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Un tour dans la presse algérienne d'hier !
 
L’Algérie profonde (Edition du 2/8/2004)
Production fromagère à Draâ Ben Khedda
La guerre des marques
Par Salah Yermèche

Le camembert est devenu pour les habitants de la région, avec le temps, un véritable patrimoine culinaire.
Qui ne rêve pas de savourer à table au petit-déjeuner, à chacun de ses repas et desserts, chez soi ou au restaurant, à l’ombre d’un parasol au bord d’une plage ou sous un chêne dans une dense forêt, au pied d’un massif montagneux ombragé, devant une source naturelle d’eau…une tartine au fromage La Cigogne, Le Tassili, ou une tranche de Brie (ce camembert en galette, à base de lait de vache), dont seule la laiterie de Draâ Ben Khedda spécialisée depuis 30 ans peut attester du label de qualité ?
Ce rêve est nourri par les innombrables consommateurs de cet onctueux fromage ; la raison (de ce rêve) en est, pour certains, l’insuffisance dans la satisfaction de la forte demande de ce produit. Pour d’autres, c’est tout simplement la baisse du pouvoir d’achat. “Des marques de camembert existent, certes, sur le marché, mais en fin connaisseur, j’avoue que je n’accorde ma confiance qu’à La Cigogne ou au Tassili”, affirme B. Rezki, un amateur et consommateur sans modération.
Avec un personnel capitalisant une longue expérience, la laiterie de Draâ Ben Khadda mise davantage, dans ses objectifs, notamment en production de pâte molle, sur son label et son capital confiance vis-à-vis de sa clientèle, qui s’étend à l’échelle nationale, que sur le profit.
Cependant, l’ambition de M. Larabani, P-DG de cette unité (qui fait partie du groupe Giplait) est justement de répondre à ce rêve de tout un chacun avant la fin de ce mois d’août, avec un projet d’extension de l’unité pour  la fabrication de cette spécialité de camembert dont la laiterie de Draâ Ben Khadda garde jalousement le secret.
Le camembert La Cigogne est fabriqué à 100% à base de lait de vache, dont la laiterie s’approvisionne localement et auprès d’autres fournisseurs (Aïn Bessam, par exemple, dans la wilaya de Bouira), tandis que les autres camemberts (Le Brie et Le Tassili) sont réalisés à base d’un mélange de lait de vache (50%) et 50% de lait reconstitué (poudre spécialisée), précisent    MM. Djedid et Bacha, respectivement assistant du P-DG et directeur commercial de l’unité.
Les quantités de lait quotidiennes nécessaires pour la fabrication du camembert (tous modèles confondus) s’élèvent à quelque 30 000 litres, celles de lait de consommation (lait pasteurisé et lait fermenté ou l’ben) sont de 220 000 litres/jour. Le rayon approvisionné par la laiterie de Draâ Ben Khadda comprend la wilaya de Tizi Ouzou dans son ensemble et partiellement celles de Boumerdès (Baghlia, Dellys, Taouarga, Naciria, Bordj Menaïl et Chabet El-Ameur), de Bouira (Bouira-ville, Sour El Ghozlane  et M’chedallah) et de Béjaïa (Tazmalt, Akbou).
Les contrôles et analyses de qualité sont assurés (pour chaque dose de produit fabriqué par le laboratoire de l’unité) par de nombreux ingénieurs, ainsi que par le laboratoire régional vétérinaire de Draâ Ben Khedda, en plus d’un contrôle d’échantillons mensuel auprès de l’Institut Pasteur.
Un autre produit très demandé qui s’écoule rapidement sur les rayons de vente et apprécié pour son goût particulier reste le fromage fondu (en portions ou en barres) fabriqué par l’unité de Boudouaou, notamment. Ce fromage ainsi que d’autres dérivés (yaourt, “petits-suisses”…) que l’unité de Draâ Ben Khedda ne produit pas sont commercialisés par cette laiterie, mais en quantité limitée, car ce sont des produits que cette dernière échange avec les unités de son groupe implantées dans d’autres localités comme Boudouaou (Boumerdès) ou les Annassers (Alger).
Fonctionnant avec un effectif de 342 personnes (tous corps confondus), la laiterie de Draâ Ben Khedda (devenue autonome depuis 1997) travaille en continu avec des vacations en “2x8” (deux fois huit heures), y compris les week-ends et les jours fériés. Elle compte un réseau de 62 distributeurs à travers les régions couvertes par l’approvisionnement en lait pasteurisé, en petit-lait (lait fermenté) et en beurre.
Pour rappel, le prix que débourse le consommateur pour une boîte de 250 grammes de La Cigogne varie de 130 à 140 DA, tandis que le Tassili est cédé de 125 à 135 DA la boîte de même volume.
La concurrence, souvent déloyale il est vrai, ne fait nullement peur aux responsables comme aux travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda, même si celle-ci est entourée de nombreuses autres unités de production (Bordj Menaïel, Tizi Ouzou-Centre, Tigzirt et Boghni). “Bien au contraire, cela permet aux clients d’apprécier le sérieux, l’hygiène, la qualité, l’honnêteté, les contrôles, etc. C’est ce qui nous permet d’ailleurs d’opérer d’appréciables avancées. La preuve est sur le terrain, comme on peut le constater chaque jour que Dieu fait”, ajoutent MM. Djedid et Bacha. Pour M. Larabani, “qu’elle soit féroce, la concurrence importe peu.
Nous avons une clientèle fidèle, car elle sait que nous réalisons un produit dans les règles de l’art, comme les 30 ans d’expérience ne peuvent permettre le moindre écart dans ce domaine… donc confiance totale de ce côté”. On se rappelle, par ailleurs, que la laiterie de Draâ Ben Khedda avait réussi l’année dernière, lors du séisme du 21 mai dernier, une collecte de dons en produits de consommation à travers les filiales du groupe Giplait de quelque 2 millions de dinars en plus de l’approvisionnement en eau qu’elle assurait à des sinistrés par le biais, notamment des associations reconnues comme le Croissant-Rouge algérien.
En matière de solidarité, la laiterie de BDK est également toujours aux avant-postes.


07:49 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Je cherchais un bouquin à lire pour les vacances au bord de la piscine en plastique sur la terrasse de mon appartement. Voilà je l'ai trouvé, demain j'irai fouiner dans les rayons de la fnac c'est un bouquin de 2001 çà doit se trouver, l'avez-vous lu ? Si oui, commentez-le dans les commentaires pour aider les bloggueur(se)s dans leur édification culturelle, merci !

01:43 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un peu d'humour avant d'aller au dodo

Un bateau chargé de victuailles heurte un récif.
Dans la cale un camembert dit à un autre :
- Cette fois nous coulons.


01:27 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le tour du monde en Camembert

Selon Google,
ceci est du camembert japonais !

01:11 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/08/2004

Le tour du Monde en Camembert !

De plus en plus surprenant !
Voici maintenant du Camembert...
Hongrois !

19:05 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |