15/10/2004

Amadouer le camembert !

Amadouer les camemberts

François Chartier

collaboration spéciale, La Presse

S'il y a un fromage français qui se démarque des autres par sa très grande renommée mondiale, c'est bien le camembert. Et qui dit fromage dit vin.

Pourtant, notre grande star des fromages à pâte molle à croûte fleurie - vous savez, ceux qui ont un petit duvet blanchâtre en surface et une douce odeur rappelant le champignon de Paris -, n'aime pas vraiment le vin.

Eh oui! Que le vin soit rouge, blanc ou rosé, sec ou liquoreux, le camembert le déstabilise presque à tout coup, surtout le rouge. Vous avez compris que, cette semaine, nous poursuivons notre périple fromager, débuté il y a deux semaines avec le versatile comté.

Beau fromage s'il en est un, le camembert, lorsqu'il est de noble origine, ce qui est de plus en plus rare malheureusement, est un fromage dégageant de fines odeurs de moisissure, de sous-bois et de champignons. Meilleur, lorsqu'il est «mi-fait», il présente un coeur d'un blanc immaculé, au crémeux subtil.

Plusieurs fromages français sont des dérivés du camembert, donc de la même famille. Il y a, entre autres, le Feuille de Dreux, l'Olivet Cendré et le Coulommiers. Au Québec, deux fromages sont de dignes descendants du fromage normand. Il y a le Casimir, des Fromages de l'Érablière à Mont-Laurier, ainsi que Le Petit Normand, de la Fromagerie Suisse Normande à Saint-Roch de l'Achigan.



22:32 Écrit par Rutabaga vous invite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.